Interview de Yu Suzuki au TGS 2011

0
187

En 2011, Shenmue Master a eu l’immense privilège d’interviewer pour la première fois Yu Suzuki, au cours du Toulouse Game Show 2011, un salon organisé à Toulouse par TGS Evènements en partenariat avec Shibuya International.

Une interview, vous le verrez, assez particulière car nous avons décidé de nous focaliser uniquement sur le contenu de l’oeuvre Shenmue (tout ce qui est à côté et qui nous brûle les lèvres semblent vouloir/devoir rester sans réponse pour le moment). Et si je n’ai disposé que de très peu de temps, il en ressort des informations plutôt intéressantes qui je l’espère, vous plairont.

Retranscription de la vidéo

Kenji : Salut à tous, c’est Kenji ! Pour son passage en France au TGS 2011, Yu Suzuki a très gentiment – et contre attente je vous l’avoue – accepté d’accorder une interview exclusive au site Shenmue Master. Un site amateur, tenu uniquement par des fans, ce qui montre le profond respect et la grande considération qu’a Yu Suzuki pour ses fans, tout du moins les fans de son oeuvre. Si j’étais un peu « short » dans les timings – j’ai dû avoir 10 minutes – et si je me suis concentré uniquement sur l’aspect scénaristique de Shenmue, il s’en dégage des informations plutôt intéressantes. Je vous laisse seul juge mais ça vaut le coup d’œil. Allez, on commence tout de suite.

On commence l’interview en abordant le sujet de la vengeance, un thème très important dans Shenmue, tout du moins au départ, puisqu’il motive l’aventure de Ryo.

Peut-on considérer Shenmue comme une réflexion sur le cercle infernal et destructeur de la vengeance ?

Yu Suzuki : Même si ça commence par la vengeance, le père ayant été tué, tout commence par la vengeance. Par rapport à Shenmue, j’ai écrit le scénario jusqu’au chapitre onze. Dans tout cela (entre le premier et dernier chapitre) l’aspiration de Ryo à la vengeance disparaît progressivement en cours de route. Le jeu n’est pas encore parvenu à son dénouement, mais dans l’avenir, le sentiment de vengeance disparaîtra complètement !

Kenji : Nous avons là la confirmation absolument indéniable qu’il n’y aura pas de combat final, tonitruant, Lan Di versus Ryo. Même s’il est fort à parier que ce combat ait lieu par la force des choses mais Ryo ne sera plus habité par ce désir de vengeance puéril et impulsif. Du coup, j’en viens tout naturellement à ma deuxième question qui découle de ce qu’implique la réponse à ma première question.

Est-ce que l’éveil de Ryo à travers le voyage, les rencontres et la nature est un thème qui vous tient à cœur ?

Yu Suzuki : En fait, en quittant le Japon, en traversant la Chine, Ryo entre en contact avec une culture différente. En ce sens, alors qu’il est seul, de nombreux compagnons vont apparaître à lui, en étant influencé par ces personnes, c’est l’histoire de quelqu’un qui grandit. De plus, même dans la vie, c’est un thème effectivement plus qu’important !

Je pense que c’est assez explicite, les arts martiaux sont au cœur de Shenmue. Est-ce que la participation active du joueur dans l’apprentissage des valeurs martiales est une volonté consciente ?

Yu Suzuki : Shenmue est une histoire qui se déroule en 1986. En 1986, la Chine me semblait ancrée dans une ère un peu plus reculée que celle du Japon. Un sentiment d’ancienneté… mais ce n’est que ma propre impression. Cette belle culture des années 80… peut-être que les enfants de nos jours ne connaissent pas cette culture. Ainsi, en accompagnant Ryo dans son voyage, je souhaite transmettre aux joueurs, aux gens, une nouvelle culture. C’est en pensant à cela que j’ai développé le jeu.

On apprend que c’est plutôt la valeur culturelle des arts martiaux qui intéresse Yu Suzuki. On enchaîne sur une question beaucoup plus symbolique.

Véritable calvaire pour les uns, moment d’allégresse absolu pour les autres : le GD Rom 4 de Shenmue II. Qu’avez-vous voulu exprimer à travers le long cheminement de Ryo dans le GD Rom 4 de Shenmue II ?

Yu Suzuki : Le fait que Ryo soit seul pendant longtemps… Par la suite, lorsqu’il a de plus en plus d’amis, parce qu’il a ces moments de solitude, cela prend la forme de pensées bienveillantes envers tous ses camarades. Comme cela est très important, cette configuration est venue à nous pour le bien de la suite des événements.

Il est grand temps de passer aux questions qui traitent de la suite des événements, de la suite de l’histoire parce que cela fait un petit plus de dix ans qu’on attend la suite, Shenmue III, et on a rien à se mettre sous la dent. Un petit peu de matière pour réfléchir et pour rêver, ça ferait du bien, on aimerait bien.

J’ai une question sur l’identité du personnage présent sur la photo qu’on trouve au sous-sol du dojo Hazuki. Ce personnage, camarade d’Iwao Hazuki. Qui est ce personnage, tout simplement ? 

Yu Suzuki : (Kenji : Est-ce le père de Lan Di ? Suzuki-san semble acquiescer). Iwao Hazuki est le père de Ryo. Il s’agit de la personne avec qui Iwao s’est entraîné autrefois en Chine. Ensuite, dans l’histoire qui se déroulera après Shenmue II, il deviendra une personne « clé » ! (rires)

Un rire qui en dit long sur l’appréhension de Yu Suzuki à divulguer des informations sur la suite de l’histoire. Remarquez qu’il acquiesce quand je lui parle du père de Lan Di. Il ne réfute pas. Il répond un petit peu à côté de la question que je lui ai posée mais je n’abandonne pas !

J’enchaîne directement sur la mère de Ryo en lui demandant si elle aura une importance dans la suite des événements.

Yu Suzuki : À propos de la mère de Ryo, dans l’avenir elle n’aura pas beaucoup de rapport avec l’histoire. C’est un soutien émotionnel. Son souvenir revient toujours dans le cœur de Ryo, elle le soutient affectivement.

Une bien jolie réponse, remplie de tendresse qui fait disparaître par la même occasion bien des théories, bien des interrogations sur cette mystérieuse mère de Ryo qu’on imaginait Chinoise, etc… au moins on est fixés.

Du coup, autre personnage énigmatique s’il en est, Shenhua. Alors M.Suzuki, Shenhua, réincarnation ? Ou voyage dans le temps ?

Yu Suzuki : Shenhua est une personne réellement réelle. Cependant, Shenhua possède cette capacité à se souvenir de ses ancêtres. Comment dire… elle possède la faculté de se lier à eux.

Alors comme ça Shenhua a le pouvoir de se lier avec les souvenirs de ses ancêtres. Intéressant. Voilà qui explique bien des scènes et bien des accoutrements. 

Vu que Yu Suzuki est réceptif à l’interview, vu qu’il est plutôt enthousiaste, j’en profite pour poser une question que je ne pensais pas poser mais qui brûle les lèvres de nombreux fans. À qui appartient la licence Shenmue ?

Yu Suzuki : La licence Shenmue est une IP qui appartient à SEGA. Nous pouvons obtenir la licence à partir de SEGA.

Pour terminer cette interview, je demande à Yu Suzuki quel est son moment préféré dans l’ensemble de la saga Shenmue.

Yu Suzuki : La partie ? Jusqu’à maintenant, nous sommes qu’à Shenmue II… J’ai élaboré l’histoire jusqu’au chapitre onze, c’est dans cette suite qu’est dissimulée la partie de Shenmue qui me tient le plus à cœur !

À l’instar de la fin de Shenmue II, cette interview se termine sur une mise en bouche bien alléchante sur Shenmue III. J’espère que cette interview vous a plu et malgré sa courte durée, j’aurais vraiment aimé lui poser plus de questions, développer les réponses, etc…, mais j’étais vraiment très court en temps. Malgré cela, j’espère que les réponses qui ont été données vous ont intéressé, j’espère que l’ensemble vous a plu et je vous dis à très bientôt et merci à vous de nous avoir suivi.

Crédits :

  • Traduit, sous-titre, réalisé par Kenji.

Nous tenons également à remercier très chaleureusement Julo, qui parle très régulièrement de l’actualité de notre saga préférée sur Gameblog. Un grand merci à lui.