Systèmes de jeu

Shenmue II reprend les grands principes du premier Shenmue tout en ajoutant des améliorations dans la manière de jouer. Les environnements plus vastes comme ceux de Kowloon ou Guilin ont en outre contraint les développeurs à user de techniques de développement et de compression bien spécifiques.

Monde ouvert

Shenmue permet au joueur de choisir librement sa façon de jouer, une liberté dans un monde ouvert symbolisée par l’acronyme F.R.E.E, signifiant Full Reactive Eyes Entertainment. Lorsque le premier Shenmue est sorti en 1999, le concept de monde ouvert n’existait pas encore en tant que tel même si des jeux de rôle comme la série des Ultima ou des Elder Scrolls proposaient déjà une liberté de jeu et un univers à grande échelle.

Shenmue est l’un des premiers jeux à développer en 3D ce concept de monde ouvert, bien avant la série des Grand Theft Auto. Dans ce type de jeu, le joueur est libre de se déplacer dans l’environnement urbain habité par des PNJ (personnages non joueurs), pour avancer dans l’histoire principale ou accomplir des missions secondaires ainsi que des mini-jeux.

Je voulais que le joueur soit en mesure de choisir librement sa façon de jouer. Pour cette raison, une grande ville, des histoires et quêtes annexes ainsi que des mini-jeux étaient nécessaires. Nous devions intégrer des boutiques, des employés, des passants… et nous assurer de préparer nos scripts
de conversations. Notre objectif était d’augmenter la liberté du joueur dans un espace dans lequel il ne se lasse pas, où qu’il soit et quoi qu’il fasse.

Yu Suzuki  – Yu Suzuki’s Shenmue Postmortem (GDC 2014)

Le monde ouvert permet une interaction forte avec les éléments de décors : les décors d’extérieur ou d’intérieur ont été réalisés avec une grande minutie, grâce notamment à l’intervention d’un véritable architecte d’intérieur pendant le développement, Manabu Takimoto, qui intervient aussi dans Shenmue III.

Le monde de Shenmue est vivant et Yu Suzuki souhaitait que le joueur s’implique dans l’histoire et s’identifie aux personnages. Ainsi, il est possible de parler à tous les personnages dans le jeu qui possèdent chacun leur propre vie et leurs propres habitudes. Dans Shenmue, l’heure tourne et les jours passent, le héros Ryo Hazuki et chacun des PNJ se levant chaque matin et se couchant chaque soir. Chacune des enseignes présentes dans le jeu, que ce soit les différents magasins, les restaurants, les bars, les salles d’arcade ou encore les salles de jeux de hasard possèdent leurs horaires d’ouverture et de fermeture.

Le monde de Shenmue est un monde ouvert, réaliste et vivant et c’est ce qui en fait un jeu unique et unanimement salué par la critique et les joueurs dans le monde du jeu vidéo. Aujourd’hui encore, peu de jeux peuvent se targuer de proposer un tel univers qui a demandé un travail titanesque, une maîtrise parfaite de la technique de développement sur Dreamcast et un coût important. C’est aussi la vision et le souci du détail de son créateur Yu Suzuki qui a permis la création de ce monde ouvert dans Shenmue si impressionnant !

Pour créer un monde ouvert d’une telle richesse et stocker une quantité aussi importante d’informations sur la Dreamcast, Yu Suzuki et son équipe ont dû recourir à des techniques de compression spécifiques car avec la technologie de compression disponible à l’époque, 50 ou 60 CD-Roms auraient été nécessaires pour le premier chapitre de Shenmue. SEGA a fait créer par Yamaha le format propriétaire du disque optique de la Dreamcast nommé GD-ROM (giga disk read-only memory). Ce matériel est similaire à la norme CD-ROM, excepté au niveau des microcuvettes du disque qui sont beaucoup plus resserrées, ce qui donne une plus grande capacité de stockage : environ 1,2 gigaoctets, ce qui représente presque le double de la capacité de stockage d’un CD-ROM standard1. Cela n’est pas suffisant et l’équipe de développement a dû recourir à trois techniques pour compresser les données et les charger plus rapidement :

  • la théorie des graines  (procédures de génération de l’environnement et du temps)
  • le comportement des PNJ (une combinaison de scripts et d’intelligence artificielle)
  • les mouvements communs (animations de personnages avec des squelettes communs)

La théorie des graines

Le principe général de la théorie des graines est de permettre de produire de vastes décors (forêts, immeubles,…) avec un nombre réduit de données.

Magic Maze

La technique du “Labyrinthe magique” est une technique d’auto-génération de labyrinthe (arbres, fleurs, pierres,…) permettant de créer des zones étendues avec un faible nombre de données grâce à des taux de compression élevés. Cette technique peut notamment s’observer dans le GD4 de Shenmue II où le joueur a l’impression de marcher dans une forêt de 2km² avec Shenhua alors que ce sont les mêmes données qui sont réutilisées.

Unit construction

La technique “Unit construction” est une technique de compression de données concernant les bâtiments, composés d’appartements, de couloirs, de magasins de proximité, de fenêtres et ainsi de suite, rassemblés sous le terme « d’unités ». Ce procédé a notamment été utilisé pour modéliser la ville de Kowloon dans Shenmue II.

Magic room

Le système “Magic room” est un programme d’intelligence artificielle qui structure automatiquement l’agencement des pièces en fonction des éléments de mobilier (chaises, lits, bibliothèques, cuisines et autres objets) tout en s’assurant que le joueur puisse traverser les pièces correctement grâce à une base de données concernant les collisions. Dans Shenmue II, cette technique est notamment utilisée pour générer les nombreuses pièces des immeubles de Kowloon sans qu’il n’y ait aucun chargement à chaque ouverture de porte.

Magic Weather

Le Magic Weather concerne la gestion programmatique de l’écoulement du temps, de la météo et des saisons dans Shenmue. L’histoire commençant à Yokosuka au Japon en 1986, l’équipe de développement s’est appuyée sur les vraies données météorologiques de Yokosuka en 1986 pour la gestion du climat dans le jeu (cette option peut être activée ou désactivée dans les options afin de garder une gestion totalement aléatoire de la météo dans le jeu). En particulier, le vent et la neige sont générés à partir d’algorithmes.

La gestion du climat a également été prise en compte : il pleut, il neige dans Shenmue et l’équipe de développement

Cette notion de Magic Weather sera moins présente dans Shenmue II. La gestion de la météo et de l’heure est beaucoup moins aléatoire : certaines scènes clés du jeu se déroulent toujours avec le même climat et à la même heure de la journée. Une option (au départ une option du Debug Mode de Shenmue) a été ajoutée pour avancer automatiquement l’heure jusqu’au prochain événement clé.

Comportement des PNJ

L’idée du monde ouvert de Shenmue est de mettre en scène des personnages non joueurs qui mènent leur propre vie grâce à la combinaison de leur intelligence artificielle et de scripts, permettant de régir leurs déplacements et leurs routines.

Pour compresser les données utilisées, les développeurs utilisèrent aussi le partage de squelette pour les animations des personnages avec une programmation des caractéristiques spécifiques de chaque personne (homme, femme, animaux …), ce qui donnait parfois des résultats absurdes en cas d’erreur avec un chat qui se tenait debout sur ses deux pattes par exemple !

Cinématiques

Lorsqu’il a créé Shenmue, l’idée de Yu Suzuki était d’adopter une approche cinématographique pour rendre ses jeux plus convaincants et créer une plus grande implication émotionnelle. Il a ainsi décidé d’augmenter la qualité des scènes cinématiques de Shenmue, réalisées avec le moteur du jeu, afin d’éliminer les différences de qualité entre jeu et film, et ainsi passer en toute transparence d’une scène de gameplay à une scène de film. La principale différence entre Shenmue et Shenmue II tient à l’ajout de bandes noires lors des scènes importantes du jeu.

Quick Time Events

Les QTE (Quick Time Events) ont été intégrés pour la première fois dans le jeu vidéo Dragon’s Lair. Ils consistent à afficher des commandes à l’écran, tels que des boutons ou des directions, à exécuter dans un temps limité par le joueur. Dans Shenmue, ces phases permettent de répondre à l’objectif de Yu Suzuki de fusionner gameplay et film se déroulent dans des situations variées : poursuite, combats, traversée d’une planche… mais en conservant une certaine logique dans les boutons à actionner : ainsi, le bouton A correspondra toujours à un saut ou un coup de pied. Une variante a été introduite dans Shenmue II avec les Freeze QTE qui consiste à reproduire dans une même séquence et sans interruption une suite de touches qui s’affichent à l’écran. Yu Suzuki a souhaité aussi introduire un ajustement de la difficulté du jeu en fonction de la dextérité des joueurs et proposer un droit à l’erreur sur certaines séquences de QTE permettant plusieurs embranchements possibles en fonction des réflexes du joueur.

Exemples :

  • Dans Shenmue II, dans le premier QTE du jeu, si l’on se trompe, Ryo perd la trace de Wong mais il le retrouve quelques minutes plus tard et le QTE reprend.
  • Toujours dans Shenmue II, si le joueur rencontre des difficultés pour apprendre un nouveau coup auprès d’un maître en arts martiaux, un Freeze QTE s’enclenche automatiquement pour lui indiquer les touches et le timing du coup.

Free Battle

Le mode Free Battle constitue le mode de combat dans la saga Shenmue (Shenmue et Shenmue II) : dans ces combats, le héros Ryo Hazuki affronte à mains nues et avec des techniques de ju-jitsu des adversaires qui viennent entraver sa route, soit en 1 contre 1, ou 1 contre plusieurs opposants, en arène fermée ou ouverte. Le gameplay, plutôt technique et très largement inspiré de Virtua Fighter, propose coups de poing et coups de pieds, et nécessite de maîtriser également les techniques d’esquive et de projection.

Shenmue II apporte des variantes dans le déroulement des combats avec l’introduction de Freeze QTE pendant ou en conclusion du combat.

La difficulté et la variété des combats dans Shenmue II constituent la principale différence par rapport au premier volet. Le scénario à Kowloon oblige le joueur à faire ses preuves sur les arènes de combat de la ville pour impressionner le scout et propose de battre ses trois meilleurs combattants : Rod Stunt, Greg More et Chunyan Xu.

Si à l’instar des combats contre Chai dans le premier volet, Shenmue II met en scène des combats contre des boss, le défi le plus ardu du jeu est un combat optionnel contre une jeune étudiante japonaise, Izumi Takano, gérante du Tomato Convenience Store du Golden Qr. Ce combat peut être débloqué à l’occasion de la quête des trois médailles et son coup spécial « Viva Sakura Festival » est l’un des coups les plus dévastateurs du jeu puisqu’il vous retire la moitié de votre barre de vie !

Sources

Postmortem de Shenmue GDC 2014 (https://www.youtube.com/watch?v=e_X_EubbWDw)

Sources

  1. GD-ROM, sur Wikipedia
Trent
Webmaster et créateur de Shenmue Master en 2001. A passé plus de la moitié de sa vie à attendre Shenmue III. Le temps passe vite mais toujours fidèle au poste !